Un essai clinique pour les tumeurs solides réfractaires ou en rechute

Cet essai clinique innovant va tester la combinaison de trois chimiothérapies métronomiques classiques avec un « inhibiteur de point de contrôle » ou « checkpoint inhibitor » de type anti-PD1 ou Nivolumab®. 

Notre système immunitaire est capable de faire la différence entre les cellules « étrangères » et les cellules « normales ». Cette caractéristique permet aux globules blancs de s’attaquer aux cellules étrangères tout en épargnant les cellules normales. Pour démarrer une réponse immunitaire, certains « points de contrôle » sur les globules blancs doivent être activés. Or, les cellules cancéreuses, qui sont produites par notre propre corps parviennent à empêcher l’activation de ces points de contrôles: du coup, les globules blancs ne s’attaquent pas aux cellules cancéreuses.  

Le Nivolumab® a pour caractéristique de bloquer l’activation du point de contrôle appelé PD-1. Lorsque l’activation de ce point de contrôle est inhibée, les globules blancs peuvent alors s’attaquer aux cellules cancéreuses et provoquer leur mort.

Les chimiothérapies métronomiques ont quant à elles pour caractéristique d’être administrées à petites doses de façon continue, ce qui permet de toucher certaines caractéristiques précises de la biologie des tumeurs.

L’essai clinique que soutient KickCancer sera réalisé dans six centres hospitaliers français à l’attention de patients atteints de tumeurs solides qui ne répondent pas au traitement standard ou qui ont rechuté. Il est structuré en deux temps et inclura entre 36 et 72 patients.

Ce projet est également soutenu par le Fonds Anticancer, qui l’a revu et validé.

Objectifs

80%
Objectif: 150 000 euros sur 2 ans
Plus de 95% de vos donations financent la recherche ou nos activités de défense des enfants atteints du cancer, moins de 5% sont utilisés pour notre administration.
Donnez

Nos autres projets

Les biopsies liquides

Pour les enfants atteints d’un rhabdomyosarcome, l’évaluation de la réponse aux traitements et du caractère pérenne de leur rémission passe par l’imagerie médicale et la réalisation fréquente d’IRMs. Dans certains types de cancers –mais pas les rhabdomyosarcomes, on a déjà pu démontrer qu’il était cliniquement pertinent d’évaluer la quantité d’ADN anormal provenant du cancer circulant dans le sang. Cette technique est appelée « biopsie liquide » et a pour finalité de prélever des cellules cancéreuses dans le sang par opposition à un prélèvement réalisé par intervention chirurgicale.

Découvrez le projet
17%
150 000 sur 1 an
Donnez

Mieux soigner une tumeur cérébrale aujourd’hui incurable

Les tumeurs cérébrales sont la principale cause de mortalité et de morbidité des enfants, des adolescents et des adultes jeunes. Les gliomes sont les tumeurs malignes les plus fréquentes et les plus graves, et parmi ceux-ci le gliome infiltrant du tronc cérébral (ou DIPG) est la forme la plus sévère, universellement incurable avec pratiquement aucun survivant au-delà de 2 ans après le diagnostic.

Découvrez le projet
28%
150 000 euros sur 1 an
Donnez